Sexe tube indien sex pour enfan

sexe tube indien sex pour enfan

Femmes sexe webcam sexe en ligne




sexe tube indien sex pour enfan

Plus de positions amoureuses en images Envie de découvrir de nouvelles sensations? Notre dossier pour en savoir plus: Tout savoir sur le kamasutra. La chaise à bascule. Celui qui reste à la maison. Le cerf en rut. La déesse aux cheveux longs. Le cavalier à la barre. Le phénix dans la joie. Le cheval au galop. Prendre ses jambes à son cou. Le collier de Vénus. La bête à deux têtes.

La danse aux joyeuses faveurs. Le charmeur de serpents. La langue de chat. La balançoire en fête. Le moulin à vent. La levrette du macho. La grenouille à la nage. Le vol des mouettes. La cravate de notaire. Du pied à la tête. En juin , le magazine Forbes annonce qu'elle est l'artiste ayant gagné le plus d'argent sur les douze derniers mois avec une somme de millions de dollars [ 96 ] , ce qui fait d'elle la troisième célébrité la mieux payée au monde à cette date, derrière Manny Pacquiao et Floyd Mayweather.

Elle apparaît d'ailleurs dans son clip Cupid's Chokehold. Après plus de deux années de relation, ils se séparent. Elle s'en inspire en écrivant la chanson Circle the Drain qui figure sur son album Teenage Dream. Elle a eu une relation avec l'acteur américain Johnny Lewis [ 97 ]. Durant l'été , Katy rencontre Russell Brand qu'elle commence à fréquenter à partir de septembre Ils se fiancent début janvier et se sont mariés en Inde le 23 octobre [ 98 ]. La chanteuse Rihanna , proche de Katy Perry depuis sa rupture avec Chris Brown , organisa son enterrement de vie de jeune fille [ 99 ].

En novembre , elle officialise sa relation avec le chanteur John Mayer qu'elle fréquente depuis août Ils se sont séparés en février au bout de 18 mois de relation [ ] , [ ]. En juin , elle déclare dans une interview à Vogue que Russell Brand lui a annoncé le divorce via un SMS et ne lui a plus jamais parlé. En septembre , elle révèle dans une interview à Billboard avoir pensé au suicide après son divorce avec Brand [ ].

En avril , Katy a eu une courte relation avec le disc jockey et producteur de musique Diplo [ ] , [ ] , [ ] , [ ]. Début , elle officialise sa relation avec Orlando Bloom [ ]. Ils se séparent en mars [ ]. En avril , ils sont de nouveau aperçus ensemble lors d'une visite au pape François à Rome. À cette occasion, Perry le surnomme alors "mon chéri" [ ]. Katy Perry est la créatrice de 5 parfums: Mad Potion, son nouveau parfum , sort en juillet , suivi par Mad Love en En , elle fait une apparition dans la pub Adidas is All In et, l'année suivante, est nommée ambassadrice des Sims 3.

Une édition collector du jeu additionnel Les Sims 3: Showtime paraît, dans lequel Katy Perry figure comme Sim avec des reproductions de ses décors de scène et de sa carrière. Depuis , elle est égérie de la marque Covergirl, une célèbre marque de maquillage aux États-Unis. Elle est également associée avec la marque de vêtement Claire's pour faire des accessoires pour la tournée du Prismatic World Tour courant et En , elle devient l'égérie de la marque de mode italienne Moschino pour la collection Automne-Hiver.

Elle fait également une apparition dans la pub Everything is Right de Toyota. Elle participe à la conférence internationale au Vatican "Unite to Cure" en avril , conférence dont le but est de réfléchir et de discuter du futur de la médecine [ ]. Durant cette conférence, elle parle des bienfaits de la méditation avec Bob Roth [ ]. Après la catastrophe de Fukushima , la chanteuse met en vente lors du California Dream Tour des tubes lumineux dont les bénéfices sont entièrement versés à la Croix-Rouge japonaise.

Pour son anniversaire le 25 octobre , elle demande à ses admirateurs via Twitter de faire une donation à la Fondation David-Lynch pour offrir la méditation transcendantale , qu'elle pratique depuis , aux victimes de stress post-traumatique [ ].

Le 5 novembre au Carnegie Hall de New York , Perry participe à un concert de bienfaisance de la Fondation David-Lynch intitulé Le changement commence de l'intérieur qui propose la méditation transcendantale pour lutter contre le stress. Elle a donné la Méditation transcendantale à son équipe durant sa tournée et elle a déclaré à la foule: Vous savez quand vous avez une journée minable et que tout semble aller de travers?

Katy Perry soutient Hillary Clinton pour l' élection présidentielle américaine de qui a lieu le 8 novembre. Katy Perry, comme Lady Gaga , Miley Cyrus et autres, a été accusée de satanisme [ ] , alimentant nombre de sites sur internet.

Elle a été accusée de blasphème pour son clip Dark Horse , et, en interprétant ce titre aux Grammy Awards de , elle a provoqué le départ de la chanteuse de gospel Natalie Grant , offensée par le spectacle et les paroles de la chanson [ ]. Un passage du clip où un médaillon portant le nom de Dieu était détruit a été finalement coupé à la suite d'une pétition lancée par un internaute musulman de Grande-Bretagne [ ].

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Katherine Perry. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue! Discographie de Katy Perry. Liste des distinctions de Katy Perry. Viacom, 24 juin consulté le 15 février Imagine Entertainment , Perry Productions et al.. La scène se produit à I'd Rather Ask for Forgiveness. CBS Corporation consulté le 6 mars GfK Entertainment consulté le 26 juin Viacom, 27 janvier consulté le 29 avril Viacom, 12 octobre consulté le 28 avril Katy Perry enregistre son tube avec Tee pour le Japon, écoutez!

You know how you have a crappy day and something just doesn't want to go right? I always excuse myself for 20 minutes and then I'm back. Sur les autres projets Wikimedia: Katy Perry , sur Wikimedia Commons. Katy Perry Guitariste américaine Chanteuse américaine du XXIe siècle Chanteuse de pop américaine Naissance en octobre Naissance à Santa Barbara Californie Personnalité américaine d'origine anglaise Personnalité américaine d'origine irlandaise Personnalité américaine d'origine allemande Personnalité américaine d'origine portugaise Nom de scène.

Page du modèle Article comportant une erreur Page en semi-protection longue Article contenant un appel à traduction en anglais Article avec une section vide ou incomplète Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata Article de Wikipédia avec notice d'autorité Portail: Espaces de noms Article Discussion.

Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact. La dernière modification de cette page a été faite le 25 mai à En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.

Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins cookies Version mobile. Chanteuse , auteur-compositrice-interprète , guitariste. Red Hill , Island , Columbia , Capitol. Starstrukk avec les 3OH!

Actuels Dermot O'Leary ,

...

Elle était précocement jeune fille et moi je la voyais comme une femme. Une fillette ne doit-elle pas obéir à son papa?

Ce papa-là, on ne le contredit pas, naturellement. Elle me faisait confiance. Elle jouait le rôle de sa maman, elle était une maman, une grande qui avait un amoureux adulte.

Quand Inès eut atteint ses quinze ans, je ne sus cacher cette situation anormale à Maddaléna. Elle accompagna Inès en consultation chez un médecin qui lui prescrivit la pilule contraceptive. Au contraire, un an plus tard, quand elle demanda le divorce, Maddaléna accepta de céder sa place à sa fille de seize ans dans le lit conjugal, avec son mari. Cette situation incroyable fut vécue au foyer durant six mois. Maddaléna qui envisageait de me quitter depuis quelques mois déjà, profita de cette opportunité qui lui était offerte: À cela, je tiens.

Son papounet était son premier homme. Je distillais un bonheur empoisonné. Nous avons vécu comme un couple presque normal, des plus atypique, mais en apparence normal. David, notre fils aîné, majeur depuis deux ans, le troisième Julien et le quatrième Nicolas emménagèrent librement avec leur mère. Tous les trois me rendaient visite quasi quotidiennement. Le deuxième, Mathieu, majeur depuis un an, avait choisi tout aussi librement de rester avec nous. Quelques semaines plus tard, il nous quitta pour élire domicile chez sa compagne.

Ils sont nuls et bébêtes…! En calculateur infâme, je savais que cette perspective la séduisait, et cette perspective passait par mon objectif, par moi: Je la voulais femme et elle était femme. La femme de ma vie. Inès qui était aussi gourmande de câlins, avait depuis sa plus tendre enfance fait le siège permanent de mes genoux et de mes bras.

Elle-même serrait très fort ses bras autour de mon cou, comme une douce petite pieuvre câline. Parfois, Inès invitait une ou plusieurs de ses copines à la maison en demandant au papounet de leur offrir une petite prestation.

Elle en avait de la chance! Le temps pour moi de tricher est révolu. Le séducteur jette son masque grotesque pour se découvrir.

Non pas pour enjamber une nouvelle fois un tabou, mais cette fois pour le briser. Pour briser le tabou du tabou. Je tiens à souligner que je suis un homme tout à fait normal, en bonne santé physique et psychique. Dans ce cas, je dois commencer par ne pas me détourner de la voie qui me conduira à trouver la réponse à cette question: En détention, le condamné dispose de la liberté de choix de suivre ou non une thérapie. Mais ce progrès-là existe du fait des structures importantes en ces lieux.

Nos deux fils aînés, David et Mathieu, âgés respectivement de treize et douze ans, seraient également de la fête. A partir de ce jour mémorable, Maddaléna ne vivait plus que pour les quicks. Elle était toujours belle et sa silhouette en grand mouvement la rendait extraordinairement sensuelle et désirable dans ce contexte hors cadre familial. Chaque année, à Deauville, je rencontrais un chanteur français célèbre. Maddaléna et moi-même aimions particulièrement cet artiste.

Dans le hall du casino, centre de rencontres pour les gens du septième art et autres cinéphiles, une surprise pour Maddaléna: Il lui tendit une main aimable, lui offrant en prime son pétillant sourire. Je connaissais un peu le chanteur-poète-musicien dont toute la discographie figurait dans notre discothèque.

Je raconte cette anecdote pour montrer combien mon épouse restait indifférente au monde extérieur, telle une autiste. Je parle ainsi de Maddaléna pour tenter de faire comprendre, aussi, combien son comportement affectif peu démonstratif et son caractère excessivement réservé me perturbait.

Ces derniers en avaient conclu que je rejetais la responsabilité de ma faute sur mon ex-épouse. Moi, je pense seulement que pour tenter de comprendre, il faut tout entendre et là, je suis de bonne foi en disant que je suis plutôt zélé que malveillant. Au lecteur de juger. Inès était aux antipodes de sa mère. Elle prenait des cours de piano, de danse classique et moderne, elle chantait à la chorale municipale.

Quand, plus tard, nous vivions ensemble, elle avait accès au porte-monnaie à sa convenance. J'ignorais que d'après des statistiques, un foyer sur cent vingt cinq était le lieu de rapports incestueux entre père et fille.

Les statistiques, les expériences scientifiques, les découvertes, les exploits ou autres faits notoires avaient souvent mon adhésion quand ils abondaient dans le sens de ma philosophie très personnelle. Celui qui la valorisait en prétendant faire d'elle une femme et une star la séduisait par ses qualités et les apparences d'un génie. Je me prenais pour son Pygmalion. Mais n'étais-je pas conscient du fait?

Il m'est difficile de répondre à cette question complexe. Non pas sur le fond, ces lignes sont destinées à cela, mais sur mon état d'esprit à cette époque trouble. En fait, je n'analysais pas la situation. Je savais pourtant que j'agissais mal, mais à quel degré? La notion de crime ne m'apparaissait pas évidente, je dirais même que dans mon esprit embrumé, elle était abstraite. C'était toujours en irresponsable que je séduisais, en me complaisant dans l'illusion d'un bonheur fabriqué sur des bases malsaines.

Et puis, comment ne pas croire à ma chance? Dans ma déraison, je détenais une sorte de pouvoir, j'étais convaincu d'être doté d'un fort magnétisme, attirant à moi les jolies filles, parce que cela marchait.

La foi ne soulève-t-elle pas des montagnes? Le grand paradoxe était qu'ayant ordinairement peu confiance en moi, j'étais sûr de mon pouvoir de séduction, sur Inès en particulier, d'une manière inconsciente. En fait, je jouais un rôle. Tout au long de mon existence chaotique, je n'ai joué que des rôles, mais je n'interprétais jamais le même personnage.

Dans un registre impressionnant à rendre jalouses la comédie française et la cinémathèque, la collection de mes scenarii m'offrait un large éventail de rôles de composition. J'interprétais médiocrement un personnage différent suivant les types de situations, d'événements ou de contextes.

L'incarnation de mes personnages était plus ou moins cohérente suivant que j'étais apte ou non à appréhender les dits contextes. C'était sur la base de ces opportunités que je brodais mes scenarii, mes superbes navets. Mes scenarii étaient aussi pitoyables que mes personnages étaient grotesques et haïssables. Mais curieusement nul ne m'en faisait observation. J'étais un mauvais comédien - je l'écris à l'imparfait car j'ai tiré le grand rideau rouge à jamais.

Je jouais la comédie à outrance sur la grande scène de la vie, en toute circonstance, en tout lieu, en toute compagnie. La vie, avec ses aléas qui font les joies et les peines était une scène de théâtre, un plateau de télévision, un décor de cinéma. Mes paroles étaient écrites par un fameux dialoguiste: Mes gestes étaient guidés par un mauvais metteur en scène, mes cascades étaient réglées par un exécrable cascadeur.

Tous ne faisaient qu'un: Ce mauvais maître me dirigeait depuis mon inconscient au fond duquel ma mère s'était chargée d'imprimer de faux repères. Par son déficit intellectuel et sa totale inculture, ma mère m'avait enseigné l'art du paraître, de la séduction, de l'artifice, de la commedia dell'arte. Mon frère cadet, lui non plus n'a jamais bien su ou se situait la frontière entre le réel et l'imaginaire. Combien de milliers de fois l'avons-nous entendu dire: Ce n'était pas de l'humour.

Quand je soliloquais, quel que soit le lieu, je m'imaginais toujours être face à un ou plusieurs spectateurs. Il en était un qui m'était particulièrement fidèle et des plus attentifs à mes représentations théâtrales, ou plus exactement une. Une spectatrice assidue, une critique malléable selon mes directives: Ma mère planait au dessus de ma tête. Ma mère que tantôt je provoquais et que tantôt je séduisais.

Dans ces scènes-là, j'interprétais un personnage que je voulais être moi, un personnage idéal et toujours brillant. Un personnage qu'elle, ma mère, désastreux succédané de Geppeto revu et corrigé par un Pinochet, n'aurait certes pas pu créer. Si dans ma jeunesse, j'avais eu la bonne idée de m'intégrer à une troupe de théâtre ou de m'inscrire à un cours d'art dramatique, j'aurais été amené à différencier la comédie des planches de la comédie de la vie.

Car la comédie de la vie existe. Nous sommes tous des comédiens sur cette fameuse grande scène de la vie, des comédiens qui jouons à nous prendre au sérieux.

Des comédiens chacun en quête de soi, de l'eldorado, mais de quel eldorado? Mais qui peut affirmer se bien connaitre soi-même? Je n'ai jamais cessé de soliloquer. Je me surprends souvent à le faire à haute et intelligible voix dans ma cellule. Mais aujourd'hui, ayant vaincu ma déferlante mère, je n'ai plus de spectatrice. Il ne me reste qu'un auditeur: Cet auditeur-là, il ne me fait aucune concession… pas de cadeaux. Inès semblait n'avoir aucune échappatoire à cette pseudo-union, à cette autorité sournoise.

Elle subissait sans le voir le pouvoir tyrannique de son père légitime. Pourtant, elle se comportait avec moi d'égal à égal, elle emportait même souvent la décision dans les problèmes de la vie quotidienne. Contrairement à sa mère, elle savait prendre des initiatives pour la maison, les loisirs, ainsi que dans notre intimité.

Une sexualité qu'elle avait découverte très tôt, à l'âge de quartorze ans et demi, avec moi, son père, un homme expérimenté sachant donner du plaisir à une femme. Inès, une adolescente qui connaissait déjà, par son père, le plaisir des caresses, semblait prendre goût aux choses de l'amour.

Elle n'opposa "naturellement" aucun obstacle particulier à sa défloration quand je l'invitai au grand baptême de la chair. Elle n'avait que quatorze ans et demi. Les faits s'étaient produits dans une grande ville située à plusieurs heures de train de chez nous, chez mon ami d'enfance où nous étions partis habiter. Nous nous étions rendus là-bas pour concrétiser un projet professionnel en collaboration dans sa société de home-service.

J'avais envisagé qu'un enfant ou deux m'accompagnât. Inès avait vivement souhaité suivre son papounet. Tous les autres viendraient nous rejoindre plus tard, quand j'aurais trouvé un appartement sur place. Inutile de préciser que j'avais finement calculé afin qu'il en fût ainsi. Mon plan fonctionna à souhait. Malheureusement, la mésentente régna entre mon ami et moi. Notre expérience professionnelle ne dura que le temps d'une saison.

Nos méthodes de travail divergeaient et mon médiocre salaire mensuel de trois mille francs me décourageait. Maddaléna fut très fâchée de ne pas aller habiter dans cette ville. Notre ami, régional d'adoption depuis plusieurs années, n'avait pas aménagé de chambre pour Inès, comme il avait été convenu.

En attendant, Inès dormit avec son papounet dans le canapé du salon. Toutes les conditions se trouvaient donc involontairement pas dans mon plan réunies pour que le crime fût commis. Inès, âgée de quatorze ans et demi ne manifestait pas de réaction négative au plaisir du sexe, hormis la fréquence de nos rapports. À son goût, des rapports à un rythme d'environ deux fois par semaine, c'était trop. Une seule fois lui convenait.

C'est de retour dans notre ville que j'annonçai mes actes incestueux à Maddaléna. Puis, Inès eut une autre expérience sexuelle, avec un garçon de seize ans. Elle m'avoua qu'avec ce garçon, ce n'était pas pareil qu'avec moi, que c'était nul, qu'elle ne recommencerait pas cette expérience.

Elle redoubla d'affection pour son papounet. Je me sentais en position de force. J'étais le sex-symbol irremplaçable, le héros vainqueur.

Quand Inès avait farouchement envie, il n'était pas question de remettre à plus tard nos ébats. Elle aussi savait séduire, et autrement mieux que sa mère sans initiative. Que Maddaléna me pardonne ces propos! Elle savait que je l'aimais comme elle était, malgré l'abîme qui nous séparait. Que l'on ne voie là ni haine ni reproche de ma part, je raconte, c'est tout.

Je ne calcule plus. Je ne suis qu'un type honteux et misérable qui dit les choses, toujours maladroitement, mais qui les dit.

Pour ma part, j'étais très demandeur de sexe auprès d'Inès. J'étais très amoureux d'elle. Elle était dotée d'un charme ensorcelant ; un cocktail d'Adjani dans le visage, de Bardot dans les attitudes et de Marilyn dans les lèvres quand elle me plaquait des pioux humides sur la bouche.

Sa silhouette d'ondine à la peau ambrée, lisse et lumineuse, sa cambrure et ses longues jambes fuselées étaient un aphrodisiaque permanent. Quand Maddaléna partageait encore notre foyer, Inès et moi nous retrouvions une fois ou deux par semaine après la classe dans une petite salle de sport dont je possédais la clé.

Nous y faisions l'amour. En cet endroit peu confortable, une chaise ou une table supportait nos embrassements. Quand Maddaléna céda sa place à sa fille dans notre lit, nos rapports devinrent un peu plus réguliers et plus récents. Inès étouffait ses gémissements au creux de l'oreiller pour ne pas éveiller l'attention de ses frères ni déranger sa mère qui dormait dans la chambre à côté.

L'initiative de nos ébats revenait autant à elle comme à moi. Tantôt, c'était moi qui entreprenais, d'abord par un jeu de caresses que je savais être appréciées d'elle… Tantôt, c'était elle, dans un moment que je pressentais et que j'attendais car il m'était des plus agréables.

Selon son habitude, peu de préliminaires. Soit elle me chevauchait directement, soit elle prenait sa position favorite en me disant: Inès et moi nous ressemblions malgré notre non-consanguinité et l'intervalle de vingt trois années qui nous séparait. Je lui faisais un peu la gueule quand elle me repoussait. Nos rapports n'étaient jamais tièdes, mais toujours sans aucune violence physique. Seul le verbe résonnait à la maison, quand il y avait désaccord.

Souvent, je surprenais Inès à l'écoute d'une cassette de mes prestations musicales personnelles. T'es jamais content de ce que tu fais, toi! L'autre jour, y a un type sympa qui voulait te payer un pot, et toi, tu l'as presque envoyé chier! Il y avait des jours, des instants où le grand rideau rouge restait fermé. Dans ces moments-là, je n'affichais pas mon nez rouge. Mon metteur en scène était en vacances. Ces moments-là, c'était la douceur de la convivialité, de la complicité et de l'intimité.

Dans ces moments-là, je réagissais spontanément ; j'étais sincère. Je ne le connaissais pas, je ne vais quand même pas picoler avec tous les mecs qui m'invitent, et puis tu sais que je m'en fous de tout ça. D'ailleurs, je vais arrêter bientôt, j'en ai marre de faire le guignol. Notre dialogue continua… Inès évoqua une certaine productrice parisienne qui devait me permettre d'enregistrer un disque. T'as vu, tout le fric qu'elle a dans son sac!

Tous les paquets de billets de cinq cents francs! Tu sais, j'ai bien vu, quand elle a donné de l'argent à Christophe pour qu'il te le mette dans la poche. Dimanche, on ira à.. Inès s'approcha de moi et m'embrassa très fort… Puis elle me dit à l'oreille, comme elle en avait pris l'habitude:. Inès, elle, était toujours vraie. Mais quels étaient ses repères? Ceux que je lui offrais sous le joug de la séduction, dans le crime de l'inceste. Pour elle, tout cela semblait normal, alors elle était heureuse.

Le bonheur illusoire doit-il avoir n'importe quelle forme, pourvu que bonheur il y ait? Mais moi je le croyais sûrement, je le croyais sans analyser ce phénomène. Un autre jour… Alors que je rentrais, Inès me dit qu'un certain monsieur A… avait téléphoné et laissé son numéro personnel. Il s'agissait d'un chanteur connu depuis longtemps, qui n'était pas celui qui avait posé devant mon objectif avec Maddaléna à Deauville.

Je lui avais écrit auparavant. Je le rappelai aussitôt. Par bonheur, il me répondit. Il avait bien reçu mon courrier. Nous discutâmes durant un bon quart d'heure. Il me dit qu'il n'était pas enclin aux hommages, mais qu'il accepterait toutefois de faire le boeuf avec moi lors de son prochain passage dans la région, d'ici à quelques semaines. Si j'ai écrit ces dialogues authentiques, c'est simplement pour illustrer au travers de cet épisode, même si en apparence il peut sembler plutôt édulcoré, qu'Inès était séduite par l'aura de son papounet et par l'atmosphère de dolce vita dans laquelle elle évoluait allègrement … épanouie.

En tout cas, c'est ce que je pensais. Je la voyais heureuse. Tel était le contexte de mon crime. Cette atmosphère, je m'évertuais à l'entretenir journellement, sans relâcher la pression, en embellissant les moindres événements comme pour les rendre magiques aux yeux curieux de ma fille. Je cultivais assez bien l'idée de la magie.

J'avais été à bonne école. Pour éblouir Inès, il fallait que je sois le meilleur. Il fallait que je sois celui qu'on ne pouvait égaler, le chevalier, le magicien, que sais-je encore de grandissime, sans concurrence possible. Il fallait que je sois unique, donc irremplaçable pour ma fille, comme si l'on menaçait de me la prendre, comme si, peut-être, l'on pouvait me dire un jour: Son avis, elle le donna bien des années plus tard, à l'heure du divorce de ses parents, lors de la conciliation.

Elle avait seize ans. Elle décida de rester avec moi. Maddaléna qui ne souhaitait pas se battre pour conserver sa place d'épouse, avait entamé une procédure de divorce par consentement mutuel. J'ai suivi cette procédure avec la complicité d'Inès, qui semblait réjouie du fait, pour que nous puissions rester ensemble.

J'ai toujours voulu être celui dont elle était fière et flattée d'être ma compagne. Je jouais la comédie, je trichais avec ma fille pour être son héros. Contrairement à ce que dira le procureur aux Assises, je n'avais pas envisagé de faire d'Inès mon objet de plaisir alors qu'elle n'était qu'une toute petite fille, un bébé. Néanmoins, j'ai toujours exercé sur elle un grand pouvoir, une sorte d'envoûtement - rien d'irrationnel dans tout cela, mais je la possédais déjà quand même d'une certaine manière.

Il est possible qu'inconsciemment, je me préparais à la posséder totalement un jour, et je la préparais, elle aussi, dans ce but que je ne m'avouais pas. Depuis sa plus tendre enfance, Inès ne me quittait jamais, quand elle n'était pas à l'école, depuis bien avant qu'elle n'entre à la maternelle. Maddaléna le laissait entendre très souvent à la maison ; elle disait: Elle disait aussi d'un ton enjoué à notre petite Inès: Inès souriait sans répondre.

Elle souriait en permanence. Inès, enfant, était ma petite pieuvre câline, celle qui savait sans attendre rien en retour que de l'affection, m'offrir tout son amour filial. J'étais son papa chéri qui l'aimait très fort. J'étais attentif à ses moindres faits et gestes.

Je l'accueillais sans cesse sur mes genoux, la prenais dans mes bras, la baladais sur mes épaules à chaque occasion de sortie. Elle montait encore sur mon dos par amusement quand elle avait dix-sept ans, en disant: En explorant aujourd'hui cette période que je qualifie d'insouciance - d'inconscience - j'essaie de me situer le plus précisément possible dans le contexte, ce fameux contexte. J'étais le père légitime d'Inès. Rien ne fut jamais dit au foyer Forestier sur notre non-consanguinité. Ce chapitre tabou faisait de moi un père "sans équivoque".

Cette attitude de notre couple fut d'ailleurs évoquée par Maddaléna à l'heure du divorce. Au coeur de nos discussions annonciatrices de rupture, Maddaléna reconnaissait que si Inès avait atterri dans mon lit à sa place toute chaude, j'avais au moins le mérite d'avoir été un bon père pour elle avant de virer amant.

Ouais, ces lignes sont susceptibles de faire sourire de scepticisme. Oui, je me suis comporté avec Inès comme un bon père, quand elle était enfant, de même qu'avec nos autres fils. Quant à mes responsabilités de chef de famille, peu énergique à me rendre au boulot, il est vrai que je n'ai pas été exemplaire. Qui était Inès à mes yeux? La voilà la bonne question, la vraie question.

Que représentait-elle pour moi quand elle avait trois ans… cinq ans… sept ans… neuf ans…? Ils ne peuvent rien devoiler, eux aussi sont des voleurs. Ce boutef est une pedale tout comme son frere Said. On ne peut descendre plus bas. Un peuple gouverne par des pedales et leurs souteneurs DRS et Co. Les Kabyles dignes de ce nom ont tout essayes pour faire changer les choses mais les arabokhorotos aimeent bien la situation.

Omarorkhis je te défie de nous citer un seul scientifique arabe digne de ce nom. Vivement la République Kabyle. Soyer sage mon frère berbère. Arrête de nous abreuver de bêtises! Les Chiffres arabes sont indiens et les figues de Barbarie sont américains.

Et moi je te défit de me citer un seul scientifique berbère digne de ce nom. Sans vous on peut rien faire. Vous êtes tellement gentilles et humains que les juifs ont abusé de vous pour prostituer des milliers de jeunes bédouines en Israël et dans le monde.

Merci encore à toi et à tous tes semblables. Nous étions une civlilisation berbère digne. Faut pas que ça dégénère, lesgars!!! Nous sommes tousAlgériens, et la démocratie nous devrons y aller tous ensemble, sinon le sacrifice de nos martyrs aura été vain! Nous ne pouvons tolérer ça! Votre article va t-il rester encore 1 an? En quoi cette Soraya est-elle importante? Ça suffit retirer la face du singe que personne ne veut plus voir!

Les berbères sont des hommes libres de croire ou pas, ils sont les descendants de cette grande Afrique du Nord qui a vu des grandes civilisations comme celle des Romains.

Et personne ne proteste. Les arabes sont là quand un palestinien meurt à gaza. Que Dieu protège notre pays de ces fils de harkis restés dans notre pays et qui plus le dénigre. Tu referas pas l histoiré, islam nous guideras que tu sois berbère ou gaulois. Vive la nation musulmane et notre livre saint écris en langue arabe. Rana tous des algériens kabyles,arabes,est il faut quand soit uni est frères. Bravo ; chers berberes. Vous avez trouver la solution du problème , vous êtes un peuple opprimé qui demande son indépendance.

Les arabes qui sont en retard de quatorze siècles , mais toujours en avance par rapport à vous qui rêvent de faire alliance avec leurs ancêtres les gaulois. Nous resistons et nous finirons par vaincre et vous chasser. Le temps travaille pour nous, notre combat légitime. Les Kabyles ne sont pas racistes au fond, mais préfèrent voir les arabes en Arabie et les Africains en Afrique, les européens en Europe logique non?

Je vois que vous êtes surdoué spécialiste en Histoire authentique! Ne parlerez-pas des faits comme si vous les aviez vécus M. Si vous êtes jaloux pour ce pays soyez hommes et faites quelque chose car il va vers la dérive la kaddara allah sinon arrêtez de trop parler nous sommes tous stressés rabi yaltaf dites amine amine.

De la part d un millitant du FIS. Allez vous faire foutre touts comme vous êtes y a que les khorotos qui se disputes entre eux arabe ou berber de Tunis au Maroc vous êtes touts les même. Les traditions religieuses ayant survécu à ans de colonialisme subirent alors des attaques internes plus pernicieuses, préparant le terrain aux extrémismes de diverses dénominations.

Le peuple dans sa majorité faisait appel aux zaouïas pour préserver son identité et ses convictions, ses traditions culturelles imprégnées de spiritualité musulmane. La zaouïa et les cheikhs ont été les garants des commandements dictés par le coran et la sunna du prophète qssl. Après avoir recueilli respect et amour de leurs compatriotes, grâce à leur noblesse, sagesse, savoir, compassion pour le faible et le démuni, ils ont formé les hommes aguerris et parés de foi en allah et en son prophète qssl.

Tous les témoignages des moudjahidines attestent de leur formation militante au sein de cet institut. La vérité historique a ratifié la mission de préservation de notre culture et de notre identité.